point

« L’ACTEUR CRÉATEUR N°6 »

A partir du texte Le Ventre, clownerie philosophique de Jean-Michel Rabeux

Je ne peux le démontrer, mais le ventre qui vit, vit pour l’éternité, parce qu’il porte l’angoisse de l’homme , parce qu’il porte sa naissance, parce qu’il porte sa douleur et sa force (avoir du cœur au ventre), parce qu’il porte son impression du vide, parce qu’il est le plus creux de l’homme, le plus mou de l’homme, parce qu’il est, dans le cadavre, ce qui pourrit le plus vite, parce qu’il est le plus laid, parce qu’il est dégoutant le ventre est immortel. Parce qu’il n’oublie rien, parce qu’il s’accommode, parce qu’il ne pense pas mais agit, parce qu’il ne dort jamais, parce qu’il a peur du temps, parce qu’il est ridé même chez le nourrisson, parce qu’il parle en silence, parce qu’il parle sans les mots, parce qu’il est immortel le ventre est immortel et non l’homme qui, lui, meurt comme chacun devrait commencer à le savoir. Dansons, pour l’immortalité du ventre, sur air de jazz, dansons sur l’homme les notes indéfinies du jazz.
Jean-Michel Rabeux, extrait Le Ventre


stage dirigé par Jean-Michel Rabeux / assistant en cours de choix
- Dates et horaires : du 23 mai au 17 juin 2011, de 13h à 20h
- Relâches les samedis et dimanches
- Lieu : région parisienne / à définir
STAGE AFDAS

modalités de recrutement
1. S’assurer de ses droits auprès de l’AFDAS
2. Envoyer votre dossier de candidature à La Compagnie avant le vendredi 8 avril 2011 par mail (relationspubliques@rabeux.fr) ou voie postale (3, rue de Metz 75010 Paris ), comprenant :
- Un C.V. avec photo (peu importe le format)
- Une lettre de motivation, à l’attention de Jean-Michel Rabeux
- Vos coordonnées complètes (adresse postale, mail, numéro(s) de téléphone, etc.)
3. Les postulants seront par la suite convoqués pour d’éventuels entretiens avec le formateur (entre le 11 et le 22 avril 2011)
4. Réponse définitive le vendredi 29 avril 2011

L’atelier de travail avec les acteurs est un rendez-vous que j’aime passionnément. Il offre à mon cannibalisme créateur de la pâte humaine à dévorer, chair et âme, du rêve adressé, de l’impossible à réaliser.
Pour l’acteur : une exigence douce mais totale. Pour l’acteur : un amour radical. Pour l’acteur : lui offrir le Temps, l’Espace, la Liberté d’inventer en lui, très loin, très loin, tout au fond de lui, d’inventer une merveille : lui-même.
Cette fois on va travailler sur un texte de moi, très cinglé parait-il, qui s’appelle Le Ventre. Le sous titre est : Clownerie philosophique. Il s’agit d’une sorte de prose poétique qui offre beaucoup de portes d’entées pour le jeu. Comme toujours avec la prose, que j’aime beaucoup utiliser comme matière première en atelier, il faudra tout inventer pour en faire du théâtre. Certes la parole est théâtrale, elle est orale, elle est adressée, mais il lui faut une machine théâtrale pour exister. C’est ça qui me passionne. Foin des personnages, des psychologies et autres vraisemblances réalistes. Pan, au cœur des mots, le poème et les corps, leurs grotesques et leurs douleurs proférés par des clowns du langage.

Petite notice posologique
1) Clowns : jongleurs de mots, athlètes qui ploient le non sens vers la pensée, qui déploient la pensée vers le non sens, catcheurs de l’empoignade entre ventre et cerveau.
2) Ventre : l’angoisse, le bordel, la nuit, l’irruption, la mise à nu de la matière, donc la vie, donc la mort (Dionysos, Louis de Funès, les rapports sans capote).
3) Cerveau : la raison, la pensée, l’ordre, la grandeur, la beauté, le jour, le pouvoir (Apollon, Descartes, Jean Marais, Obama, les passages cloutés)
N.B. de 2 et 3 : parfois c’est l’inverse.
4) Ce texte qui n’a ni queue ni tête, a une queue et une tête. Il se distribue aux clowns grotesques approximativement par paragraphe, mis ils vont parfois jusqu’à se le piquer au mot à mot pour emballer la machine.
5) Machine de dérision (le tout).
6) Pour toute information complémentaire consultez-moi, acte gratuit.
Jean-Michel Rabeux, septembre 2010

Le Ventre, 1997
Le Ventre, 1997